En savoir plus sur la Loi Malraux

Politique du Patrimoine monumental - La loi Malraux

Que retenir de la politique du patrimoine monumental d’André Malraux ? A la recherche d'un moyen de réduire vos impôts correspondant à votre profil, vous avez probablement entendu parler de deux dispositifs fiscaux français : la loi sur les monuments historiques et la loi complétant la législation sur la protection du patrimoine historique et esthétique de la France et tendant à faciliter la restauration immobilière que l'on appelle communément la loi Malraux (l'appellation est effectivement plus pratique !).


André Malraux, éléments biographiques

André Malraux fut tout autant un écrivain, un aventurier, un homme politique et un intellectuel français. Certains penseront à l'action de La Condition humaine quand d'autres se souviendront émus de la voix de Malraux lors de l'oraison funèbre de Jean Moulin.

Si les années 30 correspondent à sa période d'écriture (il obtint le Prix Goncourt), André Malraux fut ministre d'État chargé des Affaires culturelles de Charles de Gaulle à partir du 1er juin 1958 et ce jusqu'en 1969. C'est sous cette charge qu'il créa la loi Malraux.

Les secteurs sauvegardés

Nous serions tentés de réduire les secteurs sauvegardés à de simples zones géographiques, des "centres-villes" français. Le secteur sauvegardé est plus que cela, car il est le fruit d'une nouvelle approche de la ville. Avant la loi loi sur les secteurs sauvegardés, le service des Monuments historiques français se préoccupe déjà de l'avenir des quartiers anciens des villes françaises. De petites villes, comme Pézenas dans l'Hérault, ont bénéficié de la législation en précédente.

Les désastres urbains de la Seconde Guerre mondiale vont influencer le progrès de la législation. Juste après la guerre se pose la question de la sauvegarde ou de la destruction des quartiers anciens.

En fait, la rédaction de la loi sur les secteurs sauvegardés est très largement avancée à l’instigation du Premier ministre Michel Debré. Cette loi serait davantage le fruit du ministère de la Construction que celle des Affaires culturelles, mais c'est le talent argumentaire et oral d’André Malraux qui fera taire toutes les critiques.

A lire