En savoir plus sur la Loi Malraux

Les élections présidentielles 2017 ne freinent pas le marché immobilier ancien

L’échéance électorale a beau se rapprocher, elle ne semble pas pour l’instant freiner les transactions immobilières qui affichent un volume de transactions soutenu, malgré la forte remontée des prix, surtout à Paris où les prix au mètre carré s’envolent. Les élections présidentielles 2017 ne freinent pas le marché immobilier ancien pour autant.

De nombreux professionnels exprimaient leurs craintes quant à un possible ralentissement de la décision d’achat des investisseurs dans ce contexte incertain. Pourtant l’augmentation de l’activité est bien réelle, voire notable, surtout à Paris qui enregistre une hausse de +17%. La province n’est pas en reste avec une hausse de +15,5%.

Cette configuration exceptionnelle est aussi liée au fait que les français souhaitent profiter des taux d’intérêts encore bas pour concrétiser leurs projets immobiliers de crainte que leur remontée ne soit plus importante dans un avenir proche. Ainsi ces derniers mois, les courtiers indépendants et les établissements de crédit traitent des volumes de crédit historiques. Les français restent confiants et c’est bien ce qui ressort de ces premières observations.

Comment expliquer ce contexte alors que la période est incertaine ? Comment les investisseurs intéressés par l’immobilier ancien réagissent-ils ?

 

Marché immobilier ancien : hausse des ventes malgré les présidentielles

Les volumes de transactions en hausse sont particulièrement remarquables puisqu’elles se produisent dans une conjoncture de hausse de prix générale constatée sur l’ensemble du territoire excepté pour Lyon et Lille (lire l'article sur la hausse des prix dans les grandes villes de France).
En effet, victime de son succès, Paris affiche en ce premier trimestre 2017, un prix moyen de 8 743 euros le m² soit +5,1% en un an, (plus de 700 euros de plus qu’en 2015) constate le réseau Century 21. Cependant, l’accélération de la hausse des prix parisiens ralentira sans aucun doute l’activité des professionnels si le prix moyen au m² atteignait les 9 000 €.

Les réseaux Century 21 et Guy Hocquet (du groupe Nexity) ont enregistré, en janvier et mars, sur un an, des hausses respectives de 20% et 15,4% de leurs volumes de transactions.
Les délais de ventes se raccourcissent également, ce qui est une bonne chose pour le marché immobilier en général mais aussi pour les investisseurs qui misent sur l’immobilier ancien pour développer leur patrimoine et réduire leurs impôts.

Les candidats à la prochaine élection présidentielle ont des positions discordantes sur le sujet de l’immobilier et du logement notamment en ce qui concerne le maintien ou la suppression de l’ISF, du dispositif Pinel, l’abrogation de la loi Alur… Il est donc difficile de savoir si cette échéance n’inquiète pas plus que ça les particuliers ou si au contraire ils se pressent de concrétiser leurs projets d’acquisition avant que le gouvernement à venir ne les remette en question.

L’échéance électorale prévue pour le mois de mai ainsi que les législatives qui auront lieu en juin devraient fixer le sort des mesures actuellement en place. Comme toujours le marché reste à surveiller de près. Les investisseurs peuvent alors compter sur leur conseiller en gestion de patrimoine pour les aiguiller et leur présenter les opportunités les plus intéressantes du marché immobilier ancien.

 

 Source : Le Figaro.fr