Nos conseils pour optimiser la réduction d'impôt loi Malraux
Suite à l'épidémie du CoVid-19 et à la mise en place du télé-travail de l'ensemble de nos équipes, nous vous invitons à nous contacter de préférence par e-mail.

En savoir plus sur la Loi Malraux

Nos conseils pour optimiser la réduction d'impôt loi Malraux

La réduction d’impôt Malraux varie selon la localisation du bien, elle peut être de 22% à 30%  du montant des travaux réalisés dans la limite de 400 000€ sur une période de 4 années consécutives.

 

Optimiser la réduction d'impôt loi Malraux : bien étudier le ratio foncier/travaux

 Ainsi, le montant de l’avantage fiscal Malraux sera lourdement impacté par le coût des travaux engagés. Ces opérations Malraux nécessitent donc d’évaluer au mieux le ratio foncier / travaux avant de se lancer. À noter que la réduction d’impôt obtenue n’entre pas dans le calcul  du plafonnement des niches fiscales. Ainsi, si la part du foncier représente  jusqu’à 30% de l’investissement total, l’investissement Malraux peut être optimal.


Optimiser la réduction d'impôt loi Malraux : exemple

Une opération totale en Malraux pour un investissement total de 500 000 €.

La part de foncier représente 150 000€ soit 30 % du budget total. La part de travaux représente 350 000 €. La réduction d’impôt sera de 105 000€ dispensée sur 4 ans à partir de de la date du permis de construire.


Optimiser la réduction d'impôt loi Malraux : le mode d’investissement

L’investissement Malraux admet un montage en VIR soit Vente d’immeuble à rénover ou en ASL soit Association syndicale libre. Selon les opérations éligibles Malraux, il est possible d’opter pour la VIR ou l’ASL. La VIR admet que le planning des travaux est édité par l’opérateur commercialisateur, ainsi l’investisseur paie les travaux selon les appels de fonds que lui adresse l'opérateur, il est donc moins possible de piloter avec son montant de réduction d’impôt de l’année. En ASL, il est d’avantage possible de « moduler » le montant annuel de la réduction d’impôt souhaité dans l’année. D’ailleurs, en cas d’erreur sur l‘estimation du montant de l’impôt à acquitter, la réduction d’impôt est reportable sur l’année suivante.